"Je suis le parrain d'une petite fille de Dieudonné M'Bala", a déclaré sur la radio RTL M. Le Pen, qui confirmait ainsi des informations de presse. Il a souligné qu'il s'agissait de sa "vie privée".

Interrogé sur ce qui l'a rapproché de l'humoriste métis, dont le père est Camerounais, M. Le Pen a déclaré que Dieudonné et lui faisaient partie de "la communauté des persécutés, des parias".

"Ca rapproche, ça. Nous sommes persécutés de la même manière à cause de notre liberté de penser et de notre liberté de parole", a-t-il dit. M. Le Pen avait qualifié en 1987 les camps de concentration de "point de détail de l'Histoire", provoquant un tollé en France, et avait été condamné. Il a réitéré ces propos à plusieurs reprises.

Dieudonné a été condamné pour avoir parlé de "pornographie mémorielle" à propos de la Shoah, ainsi que pour avoir comparé les juifs à des "négriers". Ancien pourfendeur de l'extrême-droite --il a été candidat contre une responsable de ce parti aux législatives de 1997--, Dieudonné s'est rapproché à l'occasion de la dernière campagne présidentielle de Jean-Marie Le Pen. Il s'était notamment rendu à la fête du FN en novembre 2006, avant qu'une partie de l'état-major de ce parti ne s'affiche à l'un de ses spectacles à Paris.

Selon des informations de Libération, confirmées par une source proche de l'humoriste, l'enfant a été baptisé à Bordeaux (sud-ouest), dans la paroisse traditionaliste de Saint-Eloi, par l'abbé intégriste Philippe Laguérie.

L'abbé Laguérie avait célébré en 1996 les obsèques de l'ancien chef de la milice pro-nazie de Lyon (centre-est), Paul Touvier. Il avait qualifié le disparu, condamné deux ans plus tôt à la réclusion à perpétuité pour avoir ordonné l'assassinat de sept otages juifs, d'"âme délicate, sensible et nuancée".