Ce week-end, l'attention des médias était rivée sur l'UMP à présent dirigée par Nicolas Sarkozy, mais la situation du PS mérite elle aussi que l'on s'y attarde. En effet, le nombre d'adhérents à jour de cotisations a drastiquement baissé, à tel point que le Figaro n'hésite pas à parler d'"hémorragie". Sur 160.000 adhérents, seuls 60.000 à 70.000 sont à jour de cotisations. Jean-Christophe Cambadélis l'avoue : le PS a des difficultés à faire remonter les participations financières des militants. Cela en dit long sur sa santé. A titre de comparaison, l'UMP compte, lui, 155.000 militants en ordre de cotisations, soit un peu plus du double. Pire, le PS se fait petit à petit rattraper par le FN de Marine Le Pen qui compte à ce jour 42.100 adhérents en ordre de cotisations. 

Rappelons que ce sont les cotisations des militants qui constituent en partie le budget du parti politique et qui, par conséquent, donnent une idée de sa "force" au sein de la vie politique française. Nous vous en parlions fin octobre (ici), l'état des finances du PS est catastrophique. Le parti n'a en effet pu récolter que 530.369 euros sur les 2,3 millions d'euros attendus. De quoi affaiblir encore un peu plus la gauche qui souffre de l'impopularité du Président Hollande et des différentes "affaires" qui ont éclaté récemment.