Depuis belle lurette, le Vatican est conscient de la place du sport. 

Dix ans après que Gino Bartali a de son propre aveu "gagné le Tour de France pour le Pape, pas pour Mussolini", Pie XII fit de la Madonna del Ghisallo la "patronne universelle des cyclistes". Depuis lors, le Vatican s’est doté d’une équipe de foot (fonctionnaires et Gardes suisses) et d’une autre de… cricket. Mais le Saint-Siège veut vraiment entrer dans la cour des grands. Il a présenté jeudi "Athletica Vaticana", une association de 60 coureurs qui compte des Gardes suisses, des employés mais aussi des prêtres et des religieuses. 

Elle s’est affiliée au Comité olympique italien (Coni) afin de participer à des compétitions internationales. Aux Jeux olympiques, oui, mais pas tout de suite, a admis son responsable, Mgr Sanchez de Toca y Alameda. Mais peut-être aux Jeux des petits États d’Europe ou aux Jeux méditerranéens.

Les coureurs feront leurs débuts le 20 janvier à Rome à l’occasion d’une course de 10 km en hommage à Miguel Sanchez, un athlète argentin disparu sous la dictature…