International

Le Yémen se prépare au pire. Un millier de soldats qataris et deux cents véhicules blindés sont arrivés en renfort des troupes de la coalition armée dirigée par l’Arabie Saoudite. Une semaine après la mort de 60 soldats de l’alliance sunnite, les monarchies du Golfe et leurs alliés serrent les rangs autour de l’armée yéménite pour venir à bout de la rébellion houthiste chiite qui contrôle encore le nord du pays et la capitale Sanaa, un an après leur entrée dans la ville. C’est dans cette partie de ce pays pauvre du sud de la péninsule arabique que "les deux camps se positionnent pour un conflit majeur", note April Longley, spécialiste du Yémen à l’International Crisis Group, citée par l’AFP.

(...)