Robert Bowers, inculpé après l'attaque contre la synagogue de Pittsburgh, a vociféré "son désir de tuer des juifs" et évoqué le "génocide" lorsqu'il a abattu onze personnes, ont confirmé dimanche les autorités américaines.

Les onze victimes ont été identifiées et leurs familles prévenues, ont-elles également annoncé lors d'une conférence de presse dans cette ville de Pennsylvanie, dans le nord-est des Etats-Unis.

Les personnes tuées, âgées de 54 à 97 ans, sont trois femmes et huit hommes. Parmi ces victimes figurent un couple et deux frères, a précisé Karl Williams, le chef de l'équipe médicale.

"Au cours de son attaque meurtrière contre la synagogue, Bowers a fait des déclarations au sujet du génocide et de son désir de tuer des juifs", a déclaré Scott Brady, procureur général de l'ouest de la Pennsylvanie, sans apporter davantage de précisions.

Selon plusieurs médias, l'homme a crié: "Tous les juifs doivent mourir".

M. Brady a confirmé que Robert Bowers avait été inculpé de 29 chefs d'accusation et qu'il encourait la peine de mort.

Blessé lors de sa confrontation avec les forces de l'ordre, il a été opéré et restait hospitalisé dans un état stable dimanche matin.

"Nous savons que la haine ne l'emportera jamais, que ceux qui essaient de nous diviser à cause de la façon dont nous prions ou de l'origine de nos familles dans le monde vont perdre", a estimé au cours de ce même point presse le maire de Pittsburgh, Bill Peduto.

L'élu démocrate a également relancé l'épineux débat sur les armes à feu, alors que les fusillades endeuillent régulièrement les Etats-Unis.

"J'ai entendu le président dire qu'il faudrait armer des gardes dans nos synagogues", a-t-il déclaré.

"Notre approche devrait plutôt être: comment retirer les armes à feu - qui sont le dénominateur commun de toutes les fusillades en Amérique - des mains de ceux qui veulent exprimer leur haine raciste avec des meurtres ?"