International

Amnesty International a frappé fort en cette fin d'année. Sur le principe d'un trailer hollywoodien, l'ONG dénonce la passivité et l'inaction des autorités européennes face à la crise des réfugiés syriens. 

Selon les chiffres publiés par Amnesty sur son site internet, les Etats de l'Union européenne se sont "engagés à n’accueillir que 12.000 réfugiés vulnérables, soit à peine 0,5% des 2,3 millions de réfugiés." La France n'aurait proposé d'accueillir que 500 réfugiés syriens. Des chiffres vivement démentis par les autorités françaises: 3.700 Syriens auraient été accueillis en 2012 et 2013. Le Royaume-Uni a lui totalement fermé ses portes aux apatrides. Une décision assumée par son Premier ministre David Cameron qui dit préférer aider les Syriens directement, notamment via des aides apportées dans les pays voisins. L'Allemagne a les bonnes grâces de l'ONG puisque le pays dirigé par Angela Merkel a accepté de recueillir 10.000 réfugiés, soit deux tiers du total des dix pays européens ayant proposé leur aide.

La France et le Royaume-Uni sont donc notamment pointés du doigt. David Cameron est l'homme qui "sait agiter la main quand il sort d'une voiture." François Hollande est lui perçu comme "l'homme qui pointe. Il montre les problèmes du doigt, puis les ignore".

Selon Amnesty International, la crise syrienne est "la pire crise de réfugiés depuis le Rwanda. Un tiers des habitants forcés à quitter leur foyer. 5000 personnes fuyant le pays chaque jour".