Les prétendants démocrates à la Maison Blanche semblent se préparer à une terrible guerre d'usure au-delà du 4 mars, date d'importantes primaires dans quatre Etats dont l'Ohio (nord) et le Texas (sud) tandis que le républicain John McCain s'apprête à savourer sa revanche de 2000. Donné vainqueur aussi bien dans l'Ohio qu'au Texas, M. McCain, candidat malheureux à l'investiture en 2000 face à George W. Bush, devrait devenir quasi officiellement mardi le candidat du parti républicain pour l'élection de novembre.

De leur côté, les deux rivaux démocrates n'entendent pas céder un pouce de terrain dans leur bataille fratricide. Ils avaient tous deux choisi la région de San Antonio, dans le sud du Texas pour tenir meeting vendredi soir. Dans cette partie du pays où les militaires et anciens combattants sont nombreux, Hillary Clinton et Barack Obama ont privilégié le thème de la sécurité nationale, chacun accusant son rival de ne pas faire le poids en cas de crise. Leurs propos faisaient écho aux clips télévisés particulièrement dramatiques que les deux camps diffusent sur les petits écrans du Texas. Le clip de Mme Clinton joue ouvertement sur la peur d'un monde dangereux: "Il est trois heures du matin et vos enfants dorment en sûreté. Mais il y a un téléphone à la Maison Blanche et il sonne. Il est arrivé quelque chose dans le monde. Votre vote décidera qui répondra à l'appel. Est-ce que ce sera quelqu'un qui connaît déjà les dirigeants du monde et l'armée, quelqu'un qui a été mis à l'épreuve et qui est prêt à faire face à un monde dangereux? Il est trois heures du matin et vos enfants dorment en sûreté. Qui voulez-vous au bout du fil?".

Le camp Obama a répondu par un autre clip télévisé qui reprend la même introduction et les mêmes images d'enfants endormis que celui de Mme Clinton mais qui ajoute: "quand quelqu'un répond à ce coup de téléphone, le président ne doit-il pas être celui - le seul - qui a eu le jugement et le courage de s'opposer à la guerre en Irak depuis le début? qui a compris que la véritable menace pour l'Amérique était Al-Qaïda, en Afghanistan, et non l'Irak?". "La question n'est pas de savoir qui répondra au téléphone, mais de quelle capacité de jugement fera preuve la personne qui répondra au téléphone", a dit M. Obama devant environ 10.000 personnes rassemblées en plein air dans la banlieue de San Antonio.

Il a accusé la sénatrice de New York d'avoir raté le coche en 2002 en prenant "la mauvaise décision" à propos de l'Irak. "Vous ne me verrez pas essayer d'effrayer les électeurs en utilisant la menace terroriste", a-t-il dit.

Un peu plus tard, Mme Clinton tenait son propre meeting devant environ 6.000 personnes et a assuré qu'elle seule était en mesure de devenir le "commandant en chef" dès sa prise de fonction. Les primaires organisées mardi s'annoncent cruciales dans le camp démocrate. Mme Clinton est sous le coup de onze défaites d'affilée. Mais elle est donnée gagnante dans l'Ohio et sa campagne pugnace dans le Texas indique qu'elle ne s'avoue pas vaincue. Le journal texan Star-Telegram indiquait vendredi que le camp Clinton pourrait d'ailleurs contester devant la justice les résultats des primaires du Texas en raison de leur procédure d'une rare complexité.

En attendant, M. Obama était attendu samedi au Rhode Island (nord-est) un des deux "petits" Etats avec le Vermont (nord-est) qui votent mardi en même temps que l'Ohio et le Texas. Mme Clinton devait tenir un nouveau meeting à Fort Worth, près de Dallas (Texas) samedi avant de partir faire campagne dans l'Ohio.

Ni l'équipe de M. Obama, ni celle de Mme Clinton n'ont publié de calendrier pour l'après 4 mars mais des membres du camp Clinton ont évoqué une prochaine visite de la candidate dans le Wyoming. Des bureaux pour organiser la campagne de Mme Clinton ont déjà été ouverts en Pennsylvanie... qui votera le 22 avril.