C'est dans la plus grande discrétion que deux enquêteurs belges, l'un appartenant à la Police fédérale, l'autre à la Sûreté de l'Etat, sont partis voilà plusieurs jours pour Guantanamo, la base militaire américaine où sont reclus les prisonniers capturés en Afghanistan, vient d'apprendre `La Libre Belgique´. Ils devraient y rester quelques autres journées. Pourquoi?

Selon deux sources sérieuses, il s'agit de vérifier, d'une part, quel crédit les prisonniers (y compris les deux `Afghans´ de Belgique) donnent eux-mêmes à des affirmations recueillies à Bruxelles, notamment en marge du dossier de Nizar Trabelsi (un terroriste arrêté l'année dernière à Uccle, en aveu d'avoir voulu commettre un attentat contre le détachement américain de la base belge de Kleine Brogel). D'autre part, et ceci semble plus neuf, il est question de remonter la piste d'un autre supposé terroriste d'envergure qui aurait voyagé dans divers pays francophones, le périple intéressant directement l'enquête belge. Pour le compte du réseau d'Oussama Ben Laden? C'est ignoré. Mais ce qui explique l'intérêt particulier pour Guantanamo, c'est que cette piste aurait été dévoilée par certains des prisonniers `afghans´ eux-mêmes.

Toujours est-il que, au-delà même du cas précis, il semble que ce soit à un travail de compréhension générale que les Belges se livrent, entre autres en interrogeant les prisonniers. Mais des échanges ont également lieu avec les Américains, demandeurs. D'où la durée du séjour avec, qui sait?, d'autres révélations à l'appui.

Du côté du parquet de Bruxelles, on déclare que la démarche ne s'inscrit en tout cas pas dans une affaire judiciaire en cours, sans autres précisions. D'autant que les dossiers `terrorisme´ sont en phase d'achèvement, nous y dit-on. De fait, on attendait les suites de l'annonce faite à l'été dernier (`La Libre´ du 29 juillet 2002) que ces dossiers seraient bientôt bouclés. Eh bien, même s'il y a finalement eu un peu de retard, les choses ont avancé. Le parquet de Bruxelles a en effet reçu en communication le dossier dit de l'assassinat du commandant Massoud (en réalité un trafic de faux papiers et le recrutement en Belgique des tueurs l'ayant abattu, le 9 septembre 2001 en Afghanistan). Le juge d'instruction a donc achevé son travail, du moins dans la mesure du possible: plutôt que monter un `méga-dossier´ ingérable, la justice voulait ne pas traîner.

Les autres dossiers, dont celui de M.Trabelsi, devraient suivre à moyenne échéance, nous indique le parquet. On se dirige donc vers le procès, qui aura lieu sans doute l'année prochaine.

© La Libre Belgique 2002