Des centaines de Néerlandais se trouvant actuellement au Sri Lanka vont être rapatriés aux Pays-Bas "dans les prochains jours", après les attentats jihadistes qui ont fait 253 morts dimanche, a annoncé vendredi un fonds de garantie actif dans le tourisme.

"Nous sommes actuellement en consultation avec les organisations de voyage affiliées au Calamiteitenfonds Reizen (Fonds des catastrophes de voyages)", a indiqué Erik Jan Reuver, le directeur de cette fondation qui agit comme assureur et coordinateur en cas de catastrophes lors d'un voyage.

"Nous estimons qu'entre 400 et 500 personnes voyagent au Sri Lanka avec notre garantie", a-t-il ajouté auprès de l'AFP.

Selon M. Reuver, le rapatriement de ces voyageurs aura lieu "dans les prochains jours" via des vols réguliers ainsi qu'un "probable" vol charter de l'opérateur touristique TUI lundi.

Cette décision intervient alors que le ministère néerlandais des Affaires étrangères a modifié jeudi soir son avis de voyage pour le Sri Lanka, conseillant de se rendre sur l'île "seulement si nécessaire".

"Le ministère des Affaires étrangères nous a informés qu'il n'y avait pas de danger grave, mais qu'il était raisonnable que les voyages soient interrompus et que les voyageurs rentrent aux Pays-Bas", a expliqué Erik Jan Reuver.

Les rapatriements, dont les coûts seront pris en charge par le Fonds, s'effectueront "de manière calme", a-t-il assuré.

Des kamikazes ont frappé dimanche matin trois hôtels de luxe de Colombo et trois églises chrétiennes bondées en pleine messe de Pâques, tuant 253 personnes. Les autorités sri-lankaises avaient auparavant fait état de 359 morts, un bilan qui a été fortement revu à la baisse jeudi.

Selon les Pays-Bas, trois Néerlandaises figurent parmi les victimes.