International

Le texte doit à présent passer devant la chambre basse, le Conseil national, où la gauche veut faire échec à son adoption et même obtenir la suppression pure et simple de ce système de forfait fiscal.

Avec ce premier feu vert, les riches étrangers, qui ne doivent pas avoir d'activité lucrative en Suisse, peuvent espérer qu'ils continueront à bénéficier de ce système particulièrement favorable, même s'ils devront payer un peu plus d'impôts.

Parmi eux figurent notamment le chanteur Phil Collins, le pilote de formule 1 Michael Schumacher, le chanteur Johnny Hallyday ou l'ancien sénateur français Paul Dubrule, co-fondateur du groupe Accor.

Le système du forfait fiscal est de plus en plus contesté en Suisse, où ses opposants fustigent son injustice, car il faut être étranger pour y avoir droit, et en plus son montant est très peu élevé, par rapport à la fortune réelle du contribuable.

Conscient de la grogne des contribuables suisses, le gouvernement a proposé de taxer davantage ces étrangers, mais pas trop cependant, afin de ne pas les faire fuir. Bon an mal an, ces étrangers rapportent quelque 668 millions de francs suisses (556 M euros) dans les caisses de l'Etat suisse.