Les Etats-Unis ont demandé à la Chine de bloquer des livraisons de pièces de missiles de la Corée du Nord à l'Iran et ont été déçus par le peu d'efforts consentis en ce sens par Pékin, selon des documents révélés par WikiLeaks et publiés par le journal 'The Guardian'.

Le quotidien britannique rend public un câble diplomatique de 2007 dans lequel les Etats-Unis ont donné à la Chine des détails sur une livraison qui devait transiter par Pékin, demandant à Pékin "une réaction substantielle". Selon le département d'Etat, des diplomates ont alors reçu l'ordre de relayer les inquiétudes américaines "au plus haut niveau possible".

"Les Etats-Unis pensent que la prolifération sur la technologie liée aux missiles va s'accroître entre la Corée du Nord et l'Iran et que ces deux pays vont tenter de réaliser ces transferts en se servant du territoire chinois", d'après le document.

Le câble obtenu par WikiLeaks établit une liste de onze livraisons présumées d'ailettes pouvant servir à des missiles de la Corée du Nord à l'Iran qui auraient transité par l'aéroport de Pékin à bord d'avions de ligne civils nord-coréens et iraniens.

Le document précise que, malgré les affirmations de responsables chinois indiquant ne pas avoir trouvé de preuves de transit des livraisons sensibles par le territoire chinois, "il apparaît que ces livraisons ont bien eu lieu et continuent à transiter par Pékin".

Le télégramme fait également part du mécontentement américain par rapport à des demandes américaines antérieures à la Chine, non satisfaites, et indique que Washington prévoyait une augmentation "très forte" de ces activités. Le document confidentiel souligne que le sujet avait auparavant été abordé directement avec le président chinois Hu Jintao par son homologue américain George W. Bush.

Le câble ajoute que ces livraisons contreviennent aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'Iran et sur la Corée du Nord, ainsi qu'aux règles que la Chine s'est elle-même fixées en matière de contrôle des exportations sensibles.

La Chine est le principal allié de la Corée du Nord et un grand importateur de pétrole iranien. Elle soutient traditionnellement ces deux pays montrés du doigt par la communauté internationale pour leurs programmes nucléaires.