Le ministre belge de la Coopération au développement, Jean-Pascal Labille, a remis jeudi au président congolais Joseph Kabila le maillot officiel de l'équipe nationale de football portant le numéro 9 et le nom de Romelu Lukaku, un des Diables rouges d'origine congolaise qui a brillé lors de la campagne qualificative pour la prochaine Coupe du Monde, a indiqué son cabinet. La remise de ce maillot a eu lieu lors d'une rencontre à Kinshasa entre MM. Kabila et Labille, qui effectue une nouvelle visite en République démocratique du Congo (RDC).

"C'est en quelque sorte grâce à la RDC que l'on doit notre qualification pour la Coupe du Monde" de 2014 au Brésil, a lancé le ministre belge, cité dans un communiqué.

Au cours de cet entretien, les deux hommes ont évoqué la mise en oeuvre d'un "programme de rétablissement" dans l'ensemble de la région des Grands Lacs et les conflits dans l'est du pays.

Selon, son entourage, M. Labille a d'emblée indiqué au président Kabila qu'il n'est "pas question pour la Belgique d'user de l'aide au développement pour s'acheter une bonne conscience".

C'est précisément à cette fin que le ministre belge a proposé d'initier, avec les Etats européens et les autres bailleurs, un "Programme de rétablissement de l'Afrique centrale" à l'image de ce que les Etats-Unis firent en 1947 pour l'Europe par l'entremise du "plan Marshall".

Il s'agit de mettre en œuvre un plan pour aider la reconstruction durable de l'Afrique centrale dans son ensemble, a-t-on expliqué de même source.

Ce plan s'appuierait sur une coordination des moyens que les Etats membres de l'Union européenne mettent en oeuvre dans la région et permettrait de financer des axes stratégiques élaborés par les pays de la région eux-mêmes.

Par le biais de cette coordination de moyens européens et la mise en œuvre d'un développement plus stratégique, il s'agit d'initier une dynamique de changement qui doit permettre à chaque citoyen vivant dans la région des grands lacs de percevoir, dans son quotidien, un renouveau socio-économique, l'espoir d'un avenir meilleur, toujours selon la vision développée par M. Labille.

Ce projet de "plan Marshall" pour la région des Grands Lacs - fédérant les efforts de la Banque mondiale, de l'Union européenne et de la coopération belge - avait déjà été évoqué le mois dernier par les ministres belges des Affaires étrangères et de la Coopération, Didier Reynders et Jean-Pascal Labille, lors d'une rencontre avec le président Kabila à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.


Instaurer et maintenir la paix

Jeudi, M. Labille a également pointé la nécessité et l'urgence pour l'Europe de reconstruire sa relation avec l'Afrique.

C'est dans ce cadre qu'il a évoqué avec M. Kabila la situation dans l'est du Congo, en proie à des troubles récurrents depuis des décennies.

Pour M. Labille, il est impératif de parvenir à instaurer la paix sans délai et à la maintenir.

Selon lui, tous les acteurs en présence doivent mettre fin à la violence et s'inscrire dans les efforts actuellement mis en œuvre, comme l'accord-cadre d'Addis Abeba signé le 24 février dernier par onze pays de la région, le rôle renforcé de la Brigade d'intervention de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco) et la désignation de l'envoyée spéciale de l'ONU pour la région, l'ancienne président irlandaise Mary Robinson, qui visent à coordonner les efforts pour une solution durable dans toute la région.

Il s'agit, selon le ministre belge, d'une "fenêtre d'opportunité" pour qu'enfin la stabilité et la sécurité reviennent à l'est du Congo et pour que l'on puisse poursuivre ensemble le développement de toute la région, de Kinshasa à Kigali en passant par Bujumbura.