L'ancien ministre français de la Transition écologique s'est épanché sur la situation sociale de son pays dans une interview accordée à Libération et dit toute son inquiétude à propos des annonces que doit prononcer Emmanuel Macron suite au grand débat.

Si le chef de l'Etat ne s'est pas encore officiellement exprimé (il le fera jeudi soir à la télévision), une partie de ces mesures a déjà fuité dans la presse.

"Ce qui a fuité dans les médias laisse craindre que l’exécutif se contente d’acheter la paix sociale à travers des annonces qui touchent à des scandales du quotidien. J'aimerais que les responsables politiques entendent tous les signaux de la société".

Il estime que les annonces du président ne concernent que les "gilets jaunes". Or, selon lui, il y a toutes sortes d'autres manifestations pacifiques, comme les marches du climat, qui mériteraient d'être entendues.

Pourtant, Nicolas Hulot refuse de jeter la pierre au gouvernement, selon lui "prisonnier du présent et d'une pression du court terme très forte."

Le militant écologiste s'est aussi exprimé sur l'émotion suscitée suite au drame de Notre-Dame : "Je comprends l’émotion, l’indignation et la mobilisation suscitée par cet incendie. Je m’en réjouis. Mais je n’en vois pas l’équivalent face au délitement de l’immense cathédrale qu’est notre planète. Notre société ne réagit que quand les effets sont visibles. Ceux de la crise écologique le sont, mais ses flammes sont moins palpables."