Le pape François a assuré lundi avoir "la volonté" d'aller en Irak en 2020, en dépit des conditions de sécurité encore précaires dans ce pays. "Une pensée insistante m'accompagne quand je pense à l'Irak, où j'ai la volonté d'aller l'année prochaine, afin qu'il (le pays, ndlr) puisse se tourner vers l'avant à travers une participation pacifique et partagée de la construction du bien commun", a-t-il dit dans un discours, en partie improvisé, en recevant les participants de la Réunion des oeuvres d'aide aux Eglises orientales (ROACO).

Il a également exprimé le souhait que le pays "ne retombe pas dans les tensions provenant des conflits latents entre les puissances régionales".

Le souverain pontife a déjà exprimé dans le passé son désir d'aller en Irak. Les conditions ne sont toutefois pas réunies pour un tel déplacement, avait affirmé en janvier le numéro deux du Vatican, le cardinal Pietro Parolin.

Un tel voyage impose un "minimum de conditions (qui) ne sont actuellement pas réunies", avait affirmé Mgr Parolin, secrétaire d'Etat du Vatican, après avoir effectué un séjour en Irak.

"Le problème du terrorisme n'a pas été résolu", avait estimé le numéro deux du Saint-Siège qui, pendant son voyage, a eu l'impression, confirmée par les autorités de Bagdad, que "les racines de ce phénomène sont encore présentes".

Le cardinal Parolin avait toutefois confirmé le souhait du souverain pontife de se rendre dans ce pays.