International

La famille de Nelson Mandela craint "une mort prochaine" du grand homme, qui est depuis plus d'une semaine dans un état critique à l'hôpital, selon des documents judiciaires datés de la semaine dernière et consultés mercredi par la presse sud-africaine.

"Il est placé sous assistance respiratoire (...) L'anticipation d'une mort prochaine est basée sur des motifs véritables et sérieux", ont écrit quinze membres de la famille --dont sa femme Graça Machel et sa fille aînée Makaziwe-- dans leur plainte contre Mandla, un petit-fils à qui ils reprochent d'avoir déplacé les dépouilles de trois de ses enfants.

"Sa santé est en danger", y est-il aussi écrit.

La plainte a été remise au tribunal vendredi, mais le texte n'en a été rendu public que mercredi, a rapporté l'agence Sapa. La présidence sud-africaine disait alors qu'il allait mieux, après avoir inquiété tout le pays le 26 juin.

"Les requérants sont désireux d'enterrer leur père (...) dans la terre où se trouvent les restes de ses descendants", ont-ils ajouté, selon le site de l'hebdomadaire Mail & Guardian.

La famille se déchire à propos des dépouilles de trois enfants du héros de la lutte anti-apartheid que Mandla, l'aîné de ses petits enfants, a déplacé en 2011 de Qunu (sud), le village où Mandela a passé son enfance, à Mvezo, son village natal dont lui-même est devenu le chef traditionnel.

Mandla est directement accusé par ses parents de vouloir s'enrichir: "Il est concevable qu'un tel site a le potentiel de générer des gains financiers. Il y a même des preuves que le premier répondant (Mandla) a déjà commencé des travaux à Mvezo", selon le document judiciaire.

Les quinze plaignants exigent le retour des dépouilles de leurs parents à Qunu, là où Nelson Mandela souhaite être enterré.

Deux juges leur ont donné raison mercredi, et les restes des trois enfants ont été exhumés en fin d'après-midi.

L'état de santé du prix Nobel de la paix 1993, âgé de presque 95 ans, est décrit depuis plus d'une semaine comme "critique, mais stable". Il avait été hospitalisé en urgence le 8 juin après une récidive de l'infection pulmonaire qui le tourmente depuis deux ans et demi.