Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche, a assuré vendredi que la participation de 100.000 personnes à la manifestation de son camp dimanche serait "un triomphe".

Comme BFMTV-RMC lui demandait s'il parlerait d'échec en cas d'affluence inférieure à ce chiffre, l'eurodéputé a tranché : "Échec ? Il n'y en aura pas. C'est pas possible."

"Ce que nous sommes en train de faire là est une chose inouïe", a assuré l'ex-candidat du Front de Gauche à l'Elysée. "Une manifestation de gauche sous un gouvernement de gauche contre une politique sociale-libérale et pour changer les institutions. C'est énorme ! Personne n'a jamais fait ça".

"Je pense qu'on va arriver à être 100.000", a-t-il poursuivi et "à 100.000 c'est un triomphe", car "François Hollande a tout divisé, le front syndical, les forces politiques de gauche et nous luttons contre tout ça".

"Il y a un énorme élan populaire", a-t-il assuré. "Nous sommes là, et le Medef, il lui en cuira bientôt".

Le Front de Gauche a appelé à manifester dimanche à Paris de Bastille à Nation.

Le co-président du Parti de Gauche a également déclaré soutenir "évidemment" Arnaud Montebourg dans son refus de "brader" l'entreprise française Dailymotion que guignait l'Américain Yahoo!. Approuve-t-il le ministre du Redressement productif qui a bloqué ce rachat, a demandé BFMTV-RMC à l'eurodéputé. "Évidemment !", a-t-il répondu, "comme je l'avais soutenu au moment de Florange".

"Il y a une dimension qui échappe à beaucoup de décideurs, c'est l'intérêt du pays ou l'intérêt national", a argumenté l'ex-candidat à l'Elysée. "Je ne dis pas ça comme chauvin, mais il s'agit de notre indépendance, de notre capacité à être souverains", a-t-il poursuivi.

"Brader Dailymotion à Yahoo!, c'est le fait d'un esprit qui ne sait plus très bien quelles sont ses responsabilités. Le patron de France Télécom n'est pas seulement responsable d'une entreprise mais de tout ce que cette entreprise draine de techniques face au pays qui les a fait naître. Ils n'ont dans l'esprit qu'un tiroir caisse", a encore accusé M. Mélenchon.

Il a balayé l'argument de la préservation des emplois dans la firme française. "Je n'en crois pas un mot", "ça suffit" d'utiliser cette formule "pour tout et n'importe quoi". "Si Yahoo! s'emparait de Dailymotion, ce ne serait pas pour les emplois, mais pour faire du fric".

L'Américain Yahoo! souhaitait racheter à France Télécom 75% du capital de Dailymotion, avec une option pour monter à 100%. L'Etat n'a pas voulu aller plus loin que 50%, faisant capoter les discussions. Dailymotion, qui emploie environ 150 personnes dont 120 en France, est un petit concurrent de YouTube, qui appartient au géant américain Google.