Jean-Luc Mélenchon a rejeté mercredi l'appel du candidat socialiste Benoît Hamon à soutenir sa candidature pour la présidentielle française. Benoît Hamon lui avait ainsi fait la demande, lors d'une conférence de presse donnée ce mercredi, afin de l'aider à dépasser François Fillon.

Mais le candidat de "La France insoumise" est passé devant Benoît Hamon dans les intentions de vote du premier tour de l'élection présidentielle. Il est dorénavant en quatrième position, derrière le candidat Les Republicains.

"J'ai marché avec vous sans céder jamais à rien. Je ne vais pas commencer aujourd'hui à faire le contraire ou à m'engager dans je ne sais quel improbable arrangement qu'on me suggère de faire", a-t-il dit lors d'un meeting au Havre (Seine-Maritime).

Lors de sa conférence de presse de ce mercredi, le candidat socialiste à l'élection présidentielle, Benoït Hamon avait appellé Jean-Luc Mélenchon et le parti communiste à se rallier à sa candidature. "J'ai une position centrale à gauche et je suis le seul à pouvoir conjuguer des électorats différents, des radicaux, aux plus modérés", avait-il dit.

Benoït Hamon appellait, également, les élécteurs de gauche à sanctionner "ceux qui se prêtent à ce jeu morbide" en dénonçant Manuel Valls qui a apporté son soutien au candidat Emmanuel Macron, ce mercredi matin.

Jean-Luc Mélenchon, lui-même ancien socialiste, a estimé qu'avec l'annonce de Manuel Valls "le Parti socialiste vient d'éclater sous nos yeux".

Mais les tourments du PS, "ce ne sont pas nos affaires, en tous cas, c'est pas la mienne", a-t-il ajouté. "Je ne suis pas en compétition avec Benoît Hamon. Maintenant, mon étape pour nous tous, c'est de rattraper Fillon et une fois qu'on l'aura rattrapé, de rattraper le suivant."