C’était couru d’avance, mais ils voulaient tout de même essayer. La centaine de participants à la troisième mission de "Bienvenue en Palestine" n’a pu pénétrer en Cisjordanie. Ils ont pourtant respecté à la lettre l’itinéraire suggéré par un ancien conseiller de la Knesset (le Parlement israélien). Ce dernier expliquait qu’ils n’auraient aucun problème à se rendre en Palestine s’ils décidaient de passer par la Jordanie et le pont Allenby. Résultat : les deux cars pro-palestiniens ont été refoulés au premier checkpoint israélien.

"Aucune raison n’a été donnée pour justifier ce refus", explique Nadia Boumazougeh, coordinatrice de la mission pour la ville de Bruxelles. "Un soldat israélien est rentré dans le bus, a pris tous les passeports et, après quelques temps, a juste dit qu’on ne pouvait pas passer". Le deuxième bus n’est même pas parvenu jusqu’au checkpoint, la Jordanie lui ayant refusé l’accès au pont sous ordre israélien.

Pour ses organisateurs, cette mission a une nouvelle fois montré qu’il était pratiquement impossible de pénétrer en territoire palestinien en affichant clairement l’intention de s’y rendre. "Israël se présente comme une démocratie mais tient un véritable blocus autour de la Palestine", déclare Nadia Boumazougeh.

L’association "Bienvenue en Palestine" effectuera tout de même une dernière tentative en décembre. Les militants essayeront cette fois de gagner Gaza en passant par l’Egypte. Mais l’espoir de réussite n’est pas plus grand de ce côté.