Les juges chargés de l'instruction sur la mort de Rémi Fraisse en 2014 à Sivens (Tarn) ont délivré mardi une ordonnance de non-lieu en faveur du gendarme ayant tiré la grenade qui a tué le militant écologiste, a indiqué le parquet de Toulouse.

"La justice est aux ordres, la raison d'Etat de deux gouvernements successifs a prévalu alors qu'il n'y avait aucune raison puisqu'il y a mort d'homme", a immédiatement réagi auprès de l'AFP Jean-Pierre Fraisse, le père du militant.