Liban: des manifestants bloquent les routes à Beyrouth face à la crise économique

Des manifestants ont bloqué jeudi les routes dans la capitale libanaise et ailleurs dans le pays pour protester contre la crise économique, qui gagne en ampleur.

DPA

Le pays est en effet confronté à une forte hausse des prix, alors que sa monnaie nationale connaît son plus bas niveau depuis mi-2020. Les coupures d'électricité sont également fréquentes. Des appels à descendre dans la rue circulaient sur les réseaux sociaux afin de manifester le mécontentement de la population envers la classe dirigeante, vue comme corrompue. Certains appelaient ainsi à initier une "nouvelle révolution".

La manifestation a débuté dans la semaine, après une énième dépréciation de la livre libanaise. Face au vent de panique, les magasins au mis au point un système de rationnement pour éviter que les rayons ne soient pris d'assaut. Jeudi, plusieurs points de blocage composés notamment de pneus en feu ont été installés sur les routes. Les axes de circulation menant de la capitale au nord et au sud du pays ont ainsi été condamnés.

Le Liban est dirigé par un gouvernement démissionnaire depuis août dernier et l'explosion meurtrière de 500 tonnes de nitrate d'ammonium dans le port de Beyrouth, qui a fait plus de 200 morts et des milliers de blessés. Saad Hariri, pilier de la politique libanaise, avait été désigné Premier ministre mais a échoué à former un gouvernement car les dissensions restent grandes entre les différentes familles politiques.

Cette impasse politique empêche l'économie de reprendre, alors que cette dernière est entrée dans la crise la plus grave depuis la fin en 1990 de la guerre civile, qui a duré 15 ans. En 2020, le PIB a diminué de 19% et des dizaines de milliers de Libanais ont perdu leur emploi. Près de la moitié des six millions d'habitants vivent dans la pauvreté.

Sur le même sujet