Washington explore de nouvelles pistes pour sortir du bourbier afghan

 L’Administration Biden veut un consensus international, incluant la Russie et l'Iran.

Washington explore de nouvelles pistes pour sortir du bourbier afghan
©AP
Ch.Ly.
Donald Trump avait fixé au 1er mai le retrait des 2 500 derniers soldats américains déployés en Afghanistan, la plus longue guerre jamais entreprise par les États-Unis.

Joe Biden entend-il tenter une autre voie ? On peut le penser à la lecture d’une lettre du secrétaire d’État Antony Blinken, le nouveau chef de la diplomatie américaine, adressée au président afghan Ashraf Ghani et à Abdullah Abdullah, chargé de la réconciliation nationale.

Cette lettre de trois pages, qui a fuité à Kaboul, préconise d’investir les Nations Unies d’une nouvelle tâche : “ réunir les ministres des Affaires étrangères et les envoyés de Russie, de Chine, du Pakistan, d’Iran, d’Inde et des États-Unis” pour trouver une approche commune et éviter qu’un retrait de la coalition dirigée par les États-Unis ne fasse le lit d’une offensive des Talibans sur Kaboul.

L’ambassadeur...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet