Un parcours photographique donne la parole aux réfugiés syriens

Dix espaces d'exposition répartis à travers Bruxelles montrent l'intimité des réfugiés syriens, exilés en Irak, au Liban ou en Jordanie. La photographe Johanna de Tessières est partie partager le quotidien de dizaines de Syriens aidés par un fonds de l'Union européenne. Elle a tenté d'en capter les souffrances, celle d'avoir dû abandonner leur maison, leur travail, mais aussi et surtout leur résilience dans leur vie transitoire, qui dure depuis dix ans...

Un parcours photographique donne la parole aux réfugiés syriens
©European Union 2018 / Johanna de Tessières
Depuis dix ans, la crise humanitaire provoquée par la guerre en Syrie a jeté sur les routes du Levant plus de douze millions de personnes, soit plus de la moitié de la population syrienne. Environ la moitié d'entre elles a traversé les frontières pour fuir les combats et chercher un havre de paix, s'installant dans la précarité souvent durable des camps de tentes, des abris de fortune et autres logements censés être provisoires. C'est cet exil forcé...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet