À Idleb, trois millions de civils "ont perdu leur passé et sont en train de perdre leur avenir"

Ni islamiste ni prorégime, Abdulkafi Alhamdo raconte Idleb, ultime poche rebelle.

À Idleb, trois millions de civils "ont perdu leur passé et sont en train de perdre leur avenir"
Après dix ans de guerre, la majeure partie de la Syrie est revenue sous le contrôle de Bachar al-Assad. Les combats se raréfient. Mais le pays est à terre. Dans ce conflit figé, subsiste le dernier bastion...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet