Le nouveau chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid veut mettre fin aux relations "hostiles" avec ses alliés

Le nouveau chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid s'est engagé lundi à améliorer le dialogue avec le parti démocrate américain et des pays européens, qualifiant respectivement ces relations de "dangereuses" et "d'hostiles" sous Benjamin Netanyahu.

placeholder
© AFP

Au pouvoir en Israël du printemps 2009 à dimanche, Benjamin Netanyahu a entretenu des relations houleuses avec le président américain Barack Obama, mais plus que cordiales avec son successeur, le républicain Donald Trump, qualifié à maintes reprises de "meilleur ami" que l'Etat hébreu ait jamais eu à la Maison Blanche.

"La gestion de la relation avec le parti démocrate aux Etats-Unis a été insouciante et dangereuse (...), le gouvernement (Netanyahu) a fait un pari terrible, téméraire et dangereux en se focalisant exclusivement sur le parti républicain pour ainsi abandonner l'approche bipartisane d'Israël", a déclaré M. Lapid, lors d'une cérémonie à Jérusalem marquant son entrée en fonction aux Affaires étrangères.

M. Lapid a jugé "important" le soutien des "évangélistes chrétiens" mais "plus important(e)" la bonne entente entre les différents courants du judaïsme (réformiste, conservateur, orthodoxe).

Il succède à Gabi Ashkenazi, ancien chef de l'armée israélienne nommé chef de la diplomatie au printemps 2020 lors d'un accord de partage de pouvoir entre le camp Netanyahu et des partis d'opposition.

M. Askhenazi a fait de "son mieux pour améliorer les choses mais était dans le mauvais gouvernement", a estimé M. Lapid.

Dès dimanche soir, il s'est entretenu avec le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken et le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. M. Lapid a aussi dit avoir "échangé des messages" avec son "ami", le président français Emmanuel Macron.

"Nos relations avec les pays de l'Union européenne ne sont pas assez bonnes, nos relations avec trop de gouvernements ont été négligées et sont devenues hostiles. Crier que tout le monde est antisémite n'est pas une politique ou un programme de travail, même si parfois cela semble juste", a affirmé le nouveau ministre.

Benjamin Netanyahu avait notamment qualifié "d'antisémite" la décision de la Cour pénale internationale d'ouvrir une enquête pour de possibles crimes de guerre dans les Territoires palestiniens et avait fustigé des pays européens pour favoriser un dialogue -et non une campagne de pression maximale- avec l'Iran.

"Nous devons nous préparer rapidement à un retour à l'accord sur le nucléaire iranien", a prévenu M. Lapid, ajoutant toutefois "qu'Israël fera tout en son pouvoir pour empêcher l'Iran d'obtenir la bombe nucléaire."

Sur le même sujet