En Iran, rien ne semble devoir empêcher le sacre d’Ebrahim Raïssi à la présidentielle

Les Iraniens votent ce vendredi pour élire le successeur du président Hassan Rohani. Le pouvoir craint une abstention massive, comme aux législatives de l’an dernier.

placeholder
© afp
Combien d’Iraniens, sur plus de 59 millions d’électeurs, iront-ils élire leur nouveau président ce vendredi ? La question semblait tellement tourner en boucle dans les hautes sphères de la République islamique que les autorités, craignant une abstention record comme lors des législatives de 2020 (57 %), ont cru bon de préciser à la veille du...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet