Conflit en Syrie: pressions internationales sur la Russie qui reste inflexible

L'ONU et plusieurs pays ont fait pression mercredi sur la Russie pour qu'elle ne s'oppose pas à une prolongation de l'autorisation onusienne d'aide humanitaire transfrontalière pour la Syrie, mais Moscou est resté inflexible afin de renforcer la souveraineté syrienne.

L'ONU, par la voie de son secrétaire général Antonio Guterres, fait pression sur la Russie.
©AP
AFP

"J'appelle vivement les membres du Conseil à parvenir à un consensus sur l'autorisation des opérations transfrontalières en tant que canal de soutien vital pour une autre année", a déclaré au Conseil de sécurité le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

"Ne pas prolonger l'autorisation du Conseil aurait des conséquences dévastatrices. Le peuple syrien en a cruellement besoin et il est essentiel de mobiliser toutes nos capacités, par tous les canaux", a insisté le chef de l'ONU.

Des négociations ont été lancées sur un projet de résolution porté par l'Irlande et la Norvège, deux membres non permanents du Conseil de sécurité. Ce dernier doit voter avant l'expiration, le 10 juillet, de l'autorisation onusienne mais un risque de nouveau veto russe est grand.

"Pour la Russie, la souveraineté nationale prime sur l'acheminement de l'aide humanitaire", résume un diplomate sous couvert d'anonymat.

Le mécanisme transfrontalier "est un anachronisme depuis longtemps" et "il faut renforcer la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie", a asséné l'ambassadeur russe à l'ONU, Vassily Nebenzia, en rejetant l'idée d'une nouvelle prolongation de l'autorisation en vigueur depuis 2014.

De quatre points d'entrée en Syrie, le mécanisme est passé l'an dernier sous la pression russe à un seul point, à Bab al-Hawa à la frontière turco-syrienne. L'aide acheminée par ce biais va aux quelque trois millions de personnes vivant dans la province d'Idleb (nord-ouest), bastion d'insurgés qui continue d'échapper au contrôle de Damas.

Cette région est "un refuge pour les terroristes et djihadistes radicalisés", a fustigé le diplomate russe, en jugeant "ridicule" de dire comme le font les Occidentaux que l'alternative d'une aide transitant à partir de Damas par les lignes de front n'est pas viable.

Tous les Occidentaux réfutent cette affirmation, en soulignant que la bureaucratie, ajoutée à une volonté politique, rend inopérant l'acheminement de l'aide humanitaire par l'intérieur du pays.

Dans une lettre mardi au chef de l'ONU et au Conseil de sécurité, une trentaine de pays ont appelé à un renouvellement de l'autorisation transfrontalière, ajoutant de la pression sur la Russie.

"Le renouvellement du mécanisme transfrontalier est essentiel pour assurer la distribution directe et continue des vaccins à tous les Syriens via le système Covax. (Sa) suppression aurait un effet paralysant sur des millions de Syriens", avertissent les signataires issus de différents continents.

Sur le même sujet