En proie aux incendies, la Turquie s'enflamme aussi sur Twitter

Alors qu'elle est ravagée par les feux de forêt les plus destructeurs de son histoire récente, la Turquie s'enflamme aussi sur Twitter avec le hashtag #HelpTurkey, entre polémique et soupçons de manipulation.

En proie aux incendies, la Turquie s'enflamme aussi sur Twitter
©AP

Dans un pays profondément divisé où le moindre événement peut faire bondir partisans et opposants au président Recep Tayyip Erdogan, le hashtag #HelpTurkey ("Aidez la Turquie") sur Twitter est à l'origine d'une nouvelle polémique et d'une enquête du Parquet.

Le président turc, qui affronte une de ses plus grandes crises en 18 ans de pouvoir, a semblé outré que son pays puisse avoir besoin d'aide.

"En réponse à cela, il n'y a qu'une chose à dire : Strong Turkey", a déclaré M. Erdogan au sujet des tweets #HelpTurkey, qu'il a qualifiés de "terreur par le mensonge propagée depuis l'Amérique, l'Europe et certains autres endroits".

Dans la foulée, le bureau du procureur a indiqué qu'il mènerait une enquête pour déterminer si les tweets avaient pour intention de "créer de l'anxiété, de la peur et de la panique au sein de la population, et d'humilier le gouvernement turc".

Dans le même temps, le régulateur des médias a menacé d'infliger une amende aux chaînes de télévision qui ont continué à diffuser des images en direct des brasiers et à publier des articles "qui génèrent de la peur et inquiètent la population".

La plupart des chaînes se sont pliées à l'ordre, réduisant leur couverture des incendies qui ont tué huit personnes et détruit de vastes zones forestières le long des côtes.

Accusations de manipulation

Le gouvernement a essuyé des critiques lorsqu'il s'est avéré que la Turquie ne disposait plus d'avion bombardier d'eau opérationnel et pour avoir rejeté plusieurs offres d'assistance extérieures, dont celle de la Grèce, un rival régional.

L'action du président Erdogan, arrivé au pouvoir en faisant campagne contre la corruption, dont l'accusent aujourd'hui ses opposants, est soudain apparue déconnectée des réalités.

Son déplacement dans les régions touchées par les incendies, dans un car sous forte escorte policière, équipé de mégaphones, à partir duquel il a été filmé jetant des sacs de thé aux habitants en pleine nuit, a créé une nouvelle polémique sur les réseaux sociaux.

En guise de défense, le gouvernement soutient que le hashtag #HelpTurkey est alimenté par des faux comptes utilisés pour manipuler l'opinion publique.

Marc Owen Jones, professeur à l'Université Hamad bin Khalifa du Qatar, a estimé au cours d'une conférence de presse organisée par la présidence que près de 5% des tweets #HelpTurkey étaient postés par de faux comptes.

"Je ne sais pas dans quel objectif. Ce que je peux dire, c'est que la manipulation a lieu", a dénoncé le chercheur britannique. "S'il s'agit au départ d'une campagne de manipulation, c'est très intelligent car #HelpTurkey est un message apparemment tout à fait innocent, on comprend pourquoi les gens ont tweeté cela".

Tour de vis

La polémique autour de #HelpTurkey intervient dans un contexte de tour de vis supplémentaire sur les réseaux sociaux, lieu encore vif de débats dans un pays où les médias favorables au gouvernement dominent.

Après s'y être opposés à l'origine, Twitter, Facebook et les autres se sont finalement pliés aux nouvelles lois qui obligent les plateformes à désigner des représentants locaux pouvant saisir la justice dans le but de retirer des publications problématiques.

M. Erdogan a annoncé l'arrivée d'une nouvelle loi de régulation des réseaux sociaux devant le parlement en octobre, sans donner de détails sur son fonctionnement.

Expert en droit numérique, Yaman Akdeniz émet des doutes sur l'explication des faux comptes. "Pendant que la polémique agite les réseaux sociaux, les incendies continuent dans la vraie vie", souligne-t-il.

"En réalité", conclut-il, "notre machine gouvernementale a de sérieux problèmes de fonctionnement, et va sans aucun doute introduire un nouveau crime puis une nouvelle loi sur la désinformation, dans le but de museler davantage les voix critiques sur les réseaux sociaux".

Sur le même sujet