À un an de la Coupe du monde, les travailleurs migrants sont toujours victimes d’abus au Qatar

Selon Amnesty International, des pratiques abusives ont refait surface depuis l’an dernier. En cause, la culture de l’impunité. Le Qatar a contesté ce bilan dressé à charge.

Des ouvriers s’affairent sur le chantier de construction du stade Lusail, en 2019, à une vingtaine de kilomètres de la capitale Doha.
Des ouvriers s’affairent sur le chantier de construction du stade Lusail, en 2019, à une vingtaine de kilomètres de la capitale Doha. ©AFP
À un an et quelques jours de l'ouverture de la Coupe du monde de football au Qatar, le sort des ouvriers sur les chantiers de construction des infrastructures prévues pour l'événement continuent de faire l'objet de toutes les attentions de la part des organisations de défense des droits de l'homme. Et ce, tant la réalité de ces travailleurs, comme celle de l'ensemble de la main-d'œuvre émigrée provenant - surtout - d'Asie du Sud...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet