Israël réduit le délai pour une troisième dose de vaccin de cinq à trois mois

Le ministère de la Santé israélien a réduit mardi le délai pour l'administration d'une troisième dose de vaccin contre le coronavirus de cinq à trois mois, a annoncé son directeur général, Nachman Ash.

Israël réduit le délai pour une troisième dose de vaccin de cinq à trois mois
©AFP
DPA

Cette décision, similaire à celle prise dans plusieurs pays du monde, dont la Belgique, fait suite à la propagation du variant Omicron dont la contagiosité est très élevée. Nachman Ash compte sur cette dose "booster", pour "offrir une plus grande protection à la population." Cette nouvelle directive sanitaire concerne tous les vaccins administrés en Israël, soit ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca. Les autorités israéliennes recommandent par ailleurs que la troisième dose de vaccin soit issue du même laboratoire pharmaceutique que les deux doses précédemment administrées.

Après avoir subi une quatrième vague de Covid-19 en novembre, le pays fait face à une nouvelle flambée des cas et se prépare à une augmentation de contaminations liées au variant Omicron. Même si Israël a été l'un des premiers pays du monde à entamer une campagne de vaccination contre le coronavirus, seuls 60% des citoyens, sur une population de 9,4 millions d'Israéliens, sont complètement vaccinés (trois doses, ou dans la période de six mois après la deuxième dose). Le ministère de la Santé estime que 31% de la population n'ont jamais été vaccinés.

Le pays se prépare par ailleurs à administrer une quatrième dose de vaccin aux personnes de plus de 60 ans et au personnel médical. Le gouvernement attend les résultats d'un test clinique mené près de Tel-Aviv afin d'évaluer l'efficacité d'une quatrième dose avant de donner son feu vert.

Sur le même sujet