La priorité du nouveau chef d'Etat islamique? "Rester vivant"

La priorité du nouveau chef d'Etat islamique, dont un pseudonyme a été annoncé jeudi par l'organisation jihadiste mondiale, sera de "rester vivant" pour conserver un point focal entre ses différentes filiales, a expliqué dans un entretien à l'AFP l'expert Hans-Jakob Schindler.

La priorité du nouveau chef d'Etat islamique? "Rester vivant"
©Shutterstock

Le directeur de l'ONG Counter-Extremism Project (CEP), ex-expert des Nations unies sur le jihadisme, estime que l'organisation se porte plutôt bien en dépit du décès de ses chefs successifs mais qu'elle a toujours besoin d'un nom pour fédérer autour de lui.

L'EI doit gérer en deux ans la mort de deux leaders successifs. Comment faire ?

"Regardez Abou Bakr Al-Bagdhadi. Comme un calife doit le faire, il faisait des déclarations tout le temps. Il est mort. (Son successeur, Abou Ibrahim al-Hachimi) Qourachi a fait exactement le contraire, en ne communiquant qu'avec quelques individus. Il est mort. C'est un défi certain de trouver un leader, dont ils ont besoin pour recevoir les allégeances. C'est la seule chose qui connecte l'Afrique de l'Ouest à l'Afrique de l'Est, l'Asie du Sud-Est etc. C'est comme ça que le réseau fonctionne. Sans loyauté (à un leader), vous n'êtes qu'un mouvement islamiste quelque part donc il vous faut ce point focal. Souvenez-vous que ce n'est que longtemps après que les talibans ont admis la mort du Mollah Omar. Pendant des années, son successeur a été parfaitement tranquille. Donc peut-être qu'ils ont voulu suivre ce chemin. Mais ils auraient pu publier un communiqué disant que (l'annonce de sa mort) n'était que mensonge".

Pourquoi ne l'ont-ils pas fait selon vous ?

"Difficile à dire. J'imagine qu'ils voulaient une personne en chair et en os. Parce que sinon, franchement, qui à part les Américains savent avec certitude que Qourachi est mort ? Je n'ai pas vu de photos et même si j'en avais vu, je n'aurais pu dire si c'était lui ou pas. Ils doivent s'assurer que cela n'arrive pas une troisième fois, c'est sûr ! Tous les chefs de l'organisation l'ont quittée morts et aucun n'est mort de vieillesse (...). La seule explication est qu'ils ont trouvé un moyen de sécuriser cet homme (le nouveau chef). Il peut ne pas être à Idlib et être encore plus discret que Qourachi. Il pourrait même créer un nom de toutes pièces, théoriquement".

Comment va l'EI aujourd'hui ?

"L'Afrique est une +success story+. Ils y ont de nouvelles provinces. En Afghanistan, ça va très bien. A chaque faux pas des talibans, ils auront de nouveaux membres. Ils ont même attaqué la semaine dernière à Peshawar, hors d'Afghanistan. Ils ont des problèmes en Asie du Sud-Est mais vous pouvez faire de gros dégâts sans avoir besoin de beaucoup de filiales. Vous pouvez mener de petites mais horribles attaques, comme en France. Stratégiquement, l'EI ne va pas mal. C'est un problème que ses chefs continuent de se faire tuer, sans aucun doute, mais il n'y a pas de débat sur le fait que c'est un réseau viable. Il n'y aura de califat nulle part dans un avenir proche, mais en tant que réseau terroriste, ça fonctionne".

Quelle est la priorité du nouveau leader ?

R: "Rester vivant ! Sa fonction est d'abord de servir de point focal pour les filiales. Communiquer des déclarations est peu problématique. Vous le faites tous les deux ou trois mois. Mais s'impliquer au niveau opérationnel est très risqué. Cela veut dire communiquer avec les autres et ce n'est alors qu'une question de temps" (avant de se faire tuer, ndlr).