"L'Iran est déjà virtuellement une puissance du seuil"

Pour le chercheur David Rigoulet-Roze, l'absence actuelle de consensus au conseil des gouverneurs de l’AIEA -la Russie et Chine ont voté contre la résolution condamnant Téhéran- signifie l'acceptation par ces deux pays des risques que l'Iran devienne une "puissance du seuil" avérée.

Le président iranien Ebrahim Raïssi s'adressant à la foule dans la ville de Shahrekord, le 9 juin 2022.
Le président iranien Ebrahim Raïssi s'adressant à la foule dans la ville de Shahrekord, le 9 juin 2022. ©AFP
Malgré sa résolution condamnant l'Iran pour son manque de coopération, "l’AIEA ne semble plus avoir la main face à l'Iran", estime le politologue David Rigoulet-Roze, chercheur...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité