Nucléaire: l'Iran affirme n'avoir aucune exigence outrepassant l'accord de 2015

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a affirmé mercredi n'avoir avancé aucune demande outrepassant l'accord encadrant le programme nucléaire iranien conclu en 2015 entre l'Iran et les grandes puissances.

AFP
Nucléaire: l'Iran affirme n'avoir aucune exigence outrepassant l'accord de 2015
©AFP

"Nous n'avons aucune exigence qui aille au-delà de l'accord nucléaire, contrairement à certaines affirmations de la partie américaine dans les médias", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe à Téhéran avec son homologue qatari, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani.

"Nos demandes s'inscrivent dans le cadre de l'accord de 2015", a-t-il insisté.

Le chef de la diplomatie iranienne a tenu ainsi à démentir les propos tenus mardi par l'émissaire américain pour l'Iran, Robert Malley, sur la radio publique américaine NPR.

"Ils (les Iraniens), y compris à Doha, ont ajouté des exigences (...) que quiconque pourrait considérer comme n'ayant rien à voir avec l'accord nucléaire, des choses qu'ils ont voulues dans le passé et que nous, les Européens et d'autres avons clairement dit que cela ne fait pas partie de cette négociation", avait déclaré le responsable américain.

Des pourparlers indirects ont eu lieu fin juin à Doha entre les Etats-Unis et l'Iran, par l'intermédiaire de l'Union européenne, pour tenter de débloquer les négociations lancées en avril 2021 à Vienne afin de ressusciter l'accord de 2015 (ou JCPOA). Les discussions de Doha n'ont permis "aucun progrès" selon Washington.

Selon M. Amir-Abdollahian, "lors des récents pourparlers à Doha, l'une des principales questions sur lesquelles nous nous sommes concentrés était la garantie effective de la part de Washington (que l'Iran pourra bénéficier) des avantages économiques de l'accord".

"Les Etats-Unis doivent s'engager à ce que l'Iran bénéficie pleinement des avantages de l'accord de 2015. Jusqu'à présent, la partie américaine n'a pas été en mesure" de le faire, a-t-il ajouté.

Washington s'est retiré unilatéralement en 2018 du JCPOA sous la présidence de Donald Trump, réimposant des sanctions économiques sévères à Téhéran. En conséquence, l'Iran s'est désengagé progressivement de l'accord et est accusé de chercher à se doter de la bombe atomique, ce qu'il dément.