Dans le camp de Chatila, les réfugiés palestiniens hantés par le souvenir du massacre

Du 16 au 18 septembre 1982, entre 800 et 3 500 réfugiés palestiniens sont massacrés dans les camps de Sabra et Chatila, à Beyrouth, par des milices chrétiennes libanaises, avec la complicité de l’armée israélienne. Une tragédie que les survivants ne peuvent pas oublier.

Jenny Lafond, Correspondante à Beyrouth
Dans le camp de Chatila, les réfugiés palestiniens hantés par le souvenir du massacre
©Jenny Lafond
A peine visible derrière un grand portail défraîchi auquel on accède en se faufilant à travers des étals de fruits et légumes colorés, le terrain, parsemé d’herbes sèches et jonché...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité