En Iran, le chanteur Shervin Hajipour réduit au silence mais sa chanson reste un hymne

Qui est ce chanteur iranien dont la chanson "Baraye" a atteint près de 40 millions de vues sur Instagram? Portrait.

AFP
En Iran, le chanteur Shervin Hajipour réduit au silence mais sa chanson reste un hymne
©AFP

Même si le chanteur pop iranien Shervin Hajipour a été réduit au silence, sa chanson passionnée en soutien aux protestations après la mort de Mahsa Amini demeure un hymne officieux pour le mouvement.

La chanson "Baraye" a atteint près de 40 millions de vues sur Instagram avant d’être supprimée quand Shervin Hajipour a été arrêté récemment dans le nord de l’Iran. Mais il a depuis été libéré sous caution et a pris ses distances avec la vie politique, vraisemblablement une condition pour sa libération. "Baraye", qui signifie "Pour" ou "À cause de" en persan, compile des tweets sur les protestations et dépeint les mobilisations quotidiennes des citoyens, qui leur ont valu des poursuites de la part des autorités iraniennes. Elle souligne aussi les préoccupations de la population face aux pénuries causées par les sanctions économiques infligées à l’Iran et à leur gestion par les autorités du pays.

"Pour la danse dans la rue, À cause de la peur ressentie en s'embrassant, Pour ma sœur, ta sœur, vos sœurs", dit la chanson. "À cause de la gêne de la poche vide, Parce que nous aspirons à une vie normale… À cause de cet air pollué." "Baraye" résonne la nuit dans des immeubles à travers l'Iran, en soutien aux protestations déclenchées par la mort en détention de Mahsa Amini le 16 septembre, après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict obligeant notamment les femmes à porter le voile.

Après sa libération, Shervin Hajipour était de retour sur Instagram, mais cette fois pour présenter des excuses et prendre ses distances avec la vie politique. "Je suis ici pour rester, je vais bien", a-t-il annoncé à ses 1,9 million d'abonnés. "Mais je suis désolé que certains mouvements particuliers basés en dehors d'Iran, avec lesquels je n'ai aucun lien, aient fait un usage politique détourné de la chanson." En réponse à cette publication, de nombreux internautes sur Twitter ont proposé d'ajouter "À cause de stories Instagram forcées" aux paroles de la chanson. Des organisations de défense des droits humains, notamment Article 19, ont à plusieurs reprises appelé l'Iran à cesser de recourir aux aveux forcés, obtenus selon elles sous la contrainte, voire la torture.