Conflit israélo-palestinien: deux Israéliens tués dans une attaque en Cisjordanie, l'assaillant abattu

Deux personnes sont décédées dans une attaque au couteau.

Israeli medics park their ambulances at the Western Wall plaza following a stabbing attack in Jerusalem's Old City, Thursday, Nov. 3, 2022. A Palestinian stabbed a police officer in Jerusalem's Old City, police said, and officers opened fire on the attacker, killing him. The officer was lightly wounded. (AP Photo/Mahmoud Illean)

Un assaillant palestinien a tué mardi deux civils israéliens dans le nord de la Cisjordanie occupée, dans une attaque au couteau puis au volant d'une voiture en prenant la fuite, blessant aussi plusieurs personnes avant d'être abattu, ont annoncé des responsables.

Ces violences ont éclaté à quelques heures de la prestation de serment des députés israéliens élus aux législatives du 1er novembre, au moment où les tractations sur la formation d'un nouveau gouvernement mené par Benjamin Netanyahu, qui pourrait être le plus à droite de l'histoire du pays, se poursuivent.

L'armée israélienne a fait état d'une "attaque au couteau" près de la zone industrielle d'Ariel. "Un terroriste est arrivé à l'entrée de la grille d'accès à la zone et a poignardé des civils dans cette zone", a indiqué un communiqué de l'armée.

"D'autres civils ont été poignardés dans une station service voisine. Le terroriste a pris la fuite à bord d'une voiture volée, a provoqué intentionnellement un accident de voiture et a percuté un autre civil", a ajouté l'armée.

D'après les services de secours israéliens, deux Israéliens ont été tués: un homme de 35 ans décédé après avoir reçu un coup de couteau et un autre âgé de 50 ans, tué dans l'accident de voiture sur une route voisine.

Trois personnes ont été blessées à l'arme blanche, évacuées de la zone industrielle et hospitalisées, selon les secouristes.

Un autre homme a été poignardé sur la route et transporté à l'hôpital dans un état grave, selon la Magen David Adom, l'équivalent israélien de la Croix Rouge.

L'auteur de l'attaque a été "neutralisé" par un soldat qui se trouvait dans le secteur, a indiqué l'armée, précisant à l'AFP que l'assaillant était palestinien.

Dans le même temps, le ministère palestinien de la Santé a rapporté la mort de Mohammed Mourad Sami Souf, 18 ans, par des balles israéliennes dans ce secteur, sans autres détails.

Les violences se sont intensifiées ces derniers mois en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

L'armée israélienne a multiplié les raids à travers ce territoire, dans la foulée d'attaques anti-israéliennes meurtrières. Ces opérations, et les heurts qui y sont parfois associés, ont fait plus de 120 morts palestiniens, le bilan le plus lourd depuis sept ans, selon l'ONU.

L'attaque intervient au moment où se poursuivent les tractations en vue d'un nouveau gouvernement en Israël.

Parties prenantes de ces discussions, deux figures de l'extrême droite --qui a récolté un nombre record de sièges au Parlement aux législatives du 1er novembre (14)-- plaident pour que les forces israéliennes puissent faire usage de davantage de force contre le "terrorisme".

Mardi, le chef de la liste "Sionisme religieux", Bezalel Smotrich, a ainsi affirmé que l'attaque en Cisjordanie était "un rappel douloureux du sujet le plus important sur la table".

"Nous devons ramener la sécurité pour tous les Israéliens", a-t-il tweeté.