Egypte: "L'état d'Alaa Abdel Fattah s'est grandement détérioré"

L'état de santé du détenu politique égypto-britannique Alaa Abdel Fattah s'est "grandement détérioré", indique jeudi sa soeur Mona Seif après la première visite familiale depuis qu'il a mis fin à sept mois de grève de la faim.

FILE - Egypt's leading pro-democracy activist Alaa Abdel-Fattah speaks during a conference at the American University in Cairo, Egypt, Sept. 22, 2014.  The family of the imprisoned Egyptian activist says that they have seen him on Thursday, Nov. 17, 2022,  and that his condition has “deteriorated severely." (AP Photo/Nariman El-Mofty, File)

Pour la première fois depuis le 24 octobre, le blogueur prodémocratie qui fêtera ses 41 ans vendredi, a revu jeudi sa mère Laila Soueif et sa soeur Sanaa Seif. Il leur avait annoncé dans une lettre datée de lundi avoir mis un terme à sa grève de la faim, entamée pour dénoncer ses conditions de détention.

"L'état d'Alaa Abdel Fattah s'est grandement détérioré ces deux dernières semaines", a indiqué Mona Seif sur Twitter, peu après la visite.

Entre le 2 avril et le 2 novembre, le militant n'avait avalé que 100 calories par jour. Puis il avait cessé de se nourrir et enfin de boire le 6 novembre à l'ouverture de la COP27 en Egypte. Depuis, sa famille le disait en danger de mort et réclamait de pouvoir le voir alors que l'administration pénitentiaire et le parquet assuraient qu'il était sous "traitement médical" et qu'il était "en bonne santé".

Son avocat, Khaled Ali, qu'il n'a pas vu depuis mars 2020, s'est vu refuser deux fois son permis de visite à la prison de Wadi al-Natroun, à 100 kilomètres au nord-ouest du Caire.

Le sort d'Alaa Abdel Fattah s'est largement invité à la COP27, organisée à Charm el-Cheikh, à l'autre bout du pays. Il a été condamné fin 2021 à cinq ans de prison pour "fausses informations" pour avoir partagé sur Facebook un texte, écrit par quelqu'un d'autre, accusant un officier de police d'avoir torturé à mort un prisonnier.