"Mort au dictateur": nouvelle journée de violences meurtrières en Iran

This image grab from UGC video footage made available on the ESN platform through Hengaw Organisation for Human Rights on November 16, 2022 reportedly shows Iranian protesters  surrounding the municipality building in the western Kurdish-majority city of Bukan. - Security forces on NOvember 17 killed two protesters in the western cities of Bukan and Sanandaj, a flashpoint where mourners were paying tribute to "four victims of the popular resistance" 40 days after they were slain, the Oslo-based Hengaw rights group said. (Photo by ESN / AFP) / Israel OUT - NO Resale / ATTN CLIENTS: THE FOLLOWING VIDEO WAS OBTAINED AND VERIFIED BY EUROVISION SOCIAL NETWORK [ESN] BASED IN GENEVA
XGTY/RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT AFP - SOURCE: HENGAW / ESN /- NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS /NO RESALE/ NO ACCESS ISRAEL MEDIA/PERSIAN LANGUAGE TV STATIONS/ OUTSIDE IRAN/ STRICTLY NO ACCESS BBC PERSIAN/ VOA PERSIAN/ MANOTO-1 TV/ IRAN INTERNATIONAL/RADIO FARDA  - AFP IS NOT RESPONSIBLE FOR ANY DIGITAL ALTERATIONS TO THE PICTURE'S EDITORIAL CONTENT /

Des centaines de personnes en deuil ont manifesté jeudi dans des villes kurdes d'Iran, des protestations toujours marquées par des violences meurtrières deux mois après la mort de Mahsa Amini.

Ces manifestations ont coïncidé cette semaine avec les commémorations du "Novembre sanglant" de 2019, lorsque plus de 300 manifestants, selon Amnesty, ont été tués en quelques jours dans la répression d'une contestation en Iran provoquée par la hausse des prix du carburant.

Les autorités semblent avoir du mal à contenir la vague de protestations déclenchée le 16 septembre par la mort en détention de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans arrêtée par la police des moeurs pour avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

Jeudi, les forces de sécurité ont tué un manifestant à Boukan et deux autres à Sanandaj où des habitants ont, comme le veut la tradition, marqué le 40e jour du décès de quatre des leurs, tués dans la répression, selon l'ONG de défense des Kurdes d'Iran Hengaw, basée en Norvège.

"Mort au dictateur", ont crié les manifestants à Sanandaj, selon une vidéo mise en ligne, en allusion au guide suprême Ali Khamenei. Ils ont afflué dans les rues où ont résonné des tirs et des feux ont été allumés, selon une vidéo publiée par Hengaw et vérifiée par l'AFP.

Dans cette même ville, un colonel de police a été poignardé à mort jeudi et un autre, blessé à l'arme blanche la veille, a succombé, selon l'agence officielle Irna. Et à Machhad (nord-est), deux paramilitaires ont été poignardés à mort alors qu'ils tentaient d'intervenir contre des "émeutiers menaçant des commerçants pour les obliger à fermer", d'après l'agence.

"Phase armée"

A Boukan, des "émeutiers" ont détruit et incendié des biens publics et mis le feu au siège de la municipalité, avant l'arrivée de la police, a affirmé Irna.

D'après Hengaw, des grèves ont été observées dans quatre villes de l'ouest de l'Iran où les forces de sécurité ont, selon Hengaw, tué dix manifestants mercredi. Parmi ces villes, Saghez, la ville natale de Mahsa Amini au Kurdistan.

Il est à craindre que le régime ne devienne "plus violent après avoir été incapable pendant deux mois" de faire cesser la contestation, analyse Saeid Golkar, enseignant à l'université américaine du Tennessee à Chattanooga.

Au moins 342 personnes ont été tuées dans la répression du mouvement de contestation déclenché le 16 septembre dernier, selon un bilan établi mercredi par Iran Human Rights (IHR), une ONG basée à Oslo.

Sans qu'un lien puisse être établi avec le mouvement de contestation actuel, deux attaques à l'arme automatique menées par des inconnus ont fait dix morts mercredi.

A Izeh (sud-ouest), sept personnes, dont une femme et deux enfants, ont été tuées par des "terroristes" qui ont tiré sur manifestants et policiers, selon des responsables. Mais un proche de l'un des enfants tués a accusé les forces de sécurité d'avoir mené l'attaque d'Izeh, d'après Radio Farda, une radio en persan financée par les Etats-Unis et basée à Prague.

Et à Ispahan (centre), deux inconnus à moto ont tué un officier de police et deux paramilitaires, selon les médias iraniens.

Pour l'agence de presse iranienne proche des autorités Fars, ces attaques qui n'ont pas été revendiquées marquent "le début de la phase de l'action armée menée par ceux qui veulent démanteler le pays après l'échec de la grève et des émeutes".

"Ces actions sont menées dans le but d'inciter à la guerre civile", a-t-elle ajouté en faisant état de la découverte de "grandes quantités d'armes" entrées clandestinement en Iran ces dernières semaines.

"Enorme conspiration"

Les autorités qualifient les manifestations d'"émeutes" et accusent des pays occidentaux de les encourager.

Depuis dimanche, la justice iranienne a condamné à mort cinq personnes liées aux "émeutes". Amnesty International a dénoncé "l'usage effrayant de la peine de mort afin de réprimer le soulèvement populaire avec une brutalité accrue".

Jeudi, le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abollahian a accusé Israël et des services de renseignement occidentaux de "planifier" une guerre civile en Iran.

Et le général Hossein Salami, chef des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, a accusé "les Etats-Unis, l'Angleterre, l'Allemagne, la France, Israël, l'Arabie saoudite et leurs alliés" d'une "énorme conspiration contre la nation iranienne".