La procureure générale de la Cour, Fatou Bensouda, a ouvert début mars une enquête sur des crimes de guerre présumés dans les Territoires palestiniens, une initiative rejetée par Israël mais saluée par les Palestiniens.

L'Etat hébreu n'est pas membre de la CPI, contrairement à l'Autorité palestinienne.

Selon le système de la CPI, qui siège à La Haye, un Etat peut, s'il le souhaite, tenter de prouver qu'il a lui-même ouvert une enquête sur les crimes concernés et ainsi demander que l'enquête de la Cour lui soit déférée.

Le 19 mars, la Cour a donné un délais d'un mois à Israël et aux Palestiniens pour demander le report de l'enquête.

Toujours selon le communiqué, "le Premier ministre Netanyahu a déclaré que pendant que les soldats de Tsahal (l'armée israélienne, NDLR) combattent (...) les terroristes qui commettent des crimes de guerre, le tribunal de La Haye a décidé de condamner Israël".

M. Netanyahu a tenu plusieurs réunions avec des hauts responsables sécuritaires et politiques pour décider de la réaction israélienne face à l'ouverture de cette enquête, précise le communiqué.

Cette enquête doit notamment s'intéresser à l'offensive de grande envergure lancée par Israël contre la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste palestinien Hamas, dans le but selon l'Etat hébreu de faire cesser les tirs de roquettes et détruire les tunnels creusés depuis l'enclave palestinienne sous blocus israélien depuis 2006.

La guerre a fait quelque 2.250 morts côté palestinien, en majorité des civils, et 74 morts, essentiellement des soldats, côté israélien.

La CPI "a pris une décision qui est l'essence même de l'antisémitisme et de l'hypocrisie", avait réagi M. Netanyahu après l'ouverture de l'enquête, ajoutant que son pays "prenait toutes les précautions pour minimiser les pertes civiles" dans sa lutte contre le "terrorisme".

"Une institution fondée pour défendre les droits de l'homme protège ceux qui les piétinent", a encore affirmé jeudi le Premier ministre israélien, dans le même communiqué.

La CPI, seul tribunal permanent au monde pour les crimes de guerre, a été créée en 2002 pour juger les pires crimes de la planète lorsque les tribunaux locaux ne veulent pas ou ne peuvent pas intervenir