Celle-ci examine quelle assistance notre pays pourrait fournir dans l'immédiat. Dans le même temps, une vidéoconférence des ministres UE des Affaires étrangères se tient mardi après-midi, avec Sophie Wilmès pour la Belgique. Cette réunion informelle présidée par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell est entièrement consacrée au regain de tensions au Moyen-Orient, entre les forces israéliennes et les territoires palestiniens occupés.

"Il est d'une importance cruciale que les violences cessent immédiatement. C'est de cela qu'il s'agit, au niveau européen", a commenté la ministre Kitir avant la réunion. "Mais entre-temps, nous ne pouvons pas oublier qu'il y a là-bas tous les jours des personnes qui ont besoin d'aide". La contribution de la Belgique devrait vraisemblablement passer par les Country-Based Pooled Funds (CBPFs), des fonds uniques créés et gérés par les Nations unies pour soutenir les organisations présentes sur des lieux de crise.

L'ONU avait salué mardi l'ouverture d'un point de passage par Israël pour l'aide humanitaire vers la bande de Gaza, mais ce lieu d'entrée a été refermé après quelques heures après des tirs d'obus, selon les autorités israéliennes.

Dans les cercles gouvernementaux, on indiquait mardi que la position officielle de la Belgique sur le conflit en cours serait discutée mercredi en comité ministériel restreint (kern).

La présidente de Groen, Meyrem Almaci, a appelé lundi soir à pousser vers des "sanctions ciblées" envers Israël, mais c'est une position qui a peu de chances d'être soutenue par tous les partenaires de la majorité. Une source proche du kern rappelait ainsi que l'accord de gouvernement mentionne des mesures en cas d'annexion de territoires par Israël, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Le CNCD-11.11.11 demande au Kern d'agir 

Le Centre national de coopération au développement (CNCD-11.11.11) a appelé mardi le Comité ministériel restreint (Kern) à œuvrer en faveur de la protection des populations civiles et d'un cessez-le-feu immédiat. La position belge vis-à-vis de la situation au Moyen-Orient sera à l'agenda du Comité Ministériel Restreint, mercredi, en matinée, a-t-on appris à bonne source. Par voie de communiqué, le CNCD-11.11.11 a également demandé que soient mis en œuvre les engagements pris dans l'accord de gouvernement en faisant "de nouveaux pas dans le sens d'une politique de différenciation bilatérale et multilatérale à l'égard des colonies israéliennes". Selon l'ONG, s'il est urgent de parvenir à un cessez-le-feu entre les parties pour mettre fin aux violences contre les populations civiles, il est tout aussi urgent de s'attaquer aux causes profondes de la résurgence du conflit que sont l'occupation et la colonisation israéliennes.

"Face à la détérioration de la situation au Moyen-Orient, la Belgique a un rôle à jouer", a souligné Nathalie Janne, en charge du dossier au CNCD-11.11.11. "L'accord de gouvernement s'engage à ce que des mesures concrètes soient prises à l'égard de la politique de colonisation israélienne, illégale en droit international et à la base des tensions actuelles dans la région. C'est pourquoi le CNCD-11.11.11 demande au gouvernement fédéral de mettre en œuvre son engagement, en annonçant des mesures concrètes en matière de différenciation, notamment en explorant les options légales pour une interdiction nationale du commerce avec les colonies israéliennes et en cherchant des partenaires au niveau européen pour avancer sur une liste de contre-mesures contre l'annexion du territoire palestinien par Israël."

La ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès a pris part mardi à un Conseil des Affaires étrangères de l'UE sur la situation en cours au Moyen-Orient. Les efforts entrepris par la ministre au niveau européen visent à ce que l'UE contribue activement à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et à la reprise d'un processus de paix crédible et efficace. Le consensus européen sur des mesures concrètes est difficile à obtenir vu les positions divergentes des États membres sur la question, déplore le CNCD-11.11.11.