Au moins deux roquettes sont tombées dans la Zone verte, qui abrite également des institutions étatiques et autres représentations diplomatiques, selon un communiqué des services de sécurité irakiens.

Une source de sécurité a précisé à l'AFP qu'au moins une roquette avait touché le siège de la Sécurité nationale, située à proximité de la mission diplomatique américaine.

D'autres se sont écrasées dans les zones résidentielles situées autour de ce quartier ultrasécurisé. Un parking du quartier de Harithiya a été touché, a indiqué un témoin à l'AFP.

Une salve de roquettes avait frappé le 15 février une base militaire accueillant des troupes étrangères dans l'aéroport d'Erbil, capitale du Kurdistan irakien, selon la coalition dirigée par les Etats-Unis qui aide depuis 2014 l'Irak à combattre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Un entrepreneur civil étranger travaillant avec la coalition antijihadistes a été tué et neuf personnes ont été blessées.

De nombreuses roquettes ont aussi frappé tout le nord-ouest de la ville d'Erbil, y compris des quartiers résidentiels, où elles ont blessé cinq civils, dont l'un est décédé lundi des suites de ses blessures.

Il s'agissait de la première attaque de ce type depuis près de deux mois contre des installations militaires ou diplomatiques occidentales en Irak, après des dizaines d'incidents similaires l'an dernier attribués à des groupes chiites pro-Iran.

Samedi, des roquettes ont visé la base aérienne de Balad, au nord de Bagdad, où les forces irakiennes stockent des avions F-16, blessant au moins un employé irakien d'une entreprise américaine en charge de la maintenance des appareils, selon des sources de sécurité.

L'attaque d'Erbil a été revendiquée par un groupe peu connu qui se fait appeler Awliyaa al-Dam ou "Guardians of Blood" ("Les Gardiens du sang"). Le groupe a affirmé dans un communiqué en ligne qu'il continuerait à viser les forces américaines en Irak.

Plusieurs pays occidentaux ont condamné ces tirs de roquettes, avertissant que des attaques contre la coalition ne seraient "pas tolérées". L'ONU a elle alerté que l'Irak pourrait plonger de nouveau dans l'instabilité.