"La catastrophe du mont Meron (nord) est l'une des plus graves qui ait frappé l'Etat d'Israël", a tweeté M. Netanyahu, qui s'est rendu sur place vendredi en fin de matinée.

"Ce qu'il s'est passé ici est déchirant. Il y a eu des gens écrasés à mort, y compris des enfants. Une grande partie de ceux qui ont péri n'ont pas encore été identifiés", a ajouté le Premier ministre, disant "pleurer les victimes", avec une vidéo publiée sur Twitter le montrant sur le site du drame.

"Nos coeurs sont avec les familles (des victimes) et les blessés auxquels nous souhaitons un prompt rétablissement", a ajouté le chef du gouvernement, promettant une "enquête approfondie" des autorités sur les causes de cette tragédie.

Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, a déclaré que l'Allemagne est "profondément choquée" par la bousculade géante.

"Au nom de la chancelière (Angela Merkel) et de l'ensemble du gouvernement, je tiens à exprimer notre profonde sympathie au peuple israélien", a de son côté déclaré Steffen Seibert, porte-parole du gouvernement allemand, lors d'un point-presse.

Le plus grand rassemblement en Israël depuis le début de la pandémie de Covid-19 a tourné au cauchemar lorsqu'un mouvement de foule a fait au moins 44 morts et 150 blessés lors d'un pèlerinage juif orthodoxe au mont Méron.

Les circonstances exactes du drame n'étaient pas établies vendredi matin.

Les autorités avaient permis la présence de 10.000 personnes dans l'enceinte du tombeau mais, selon les organisateurs, mais plus de 650 bus avaient été affrétés dans le pays, soit au minimum 30.000 personnes. La presse locale a fait état de près de 100.000 participants, ce que l'AFP n'a pu confirmer de source officielle.