En campagne électorale pour les législatives du 23 mars, M. Netanyahu a ordonné "de faire avancer la construction d'environ 800 logements en Judée-Samarie", selon le nom biblique utilisé en Israël pour désigner la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'armée israélienne, selon un communiqué du bureau du chef du gouvernement.

D'après le projet d'expansion promu par M. Netanyahu, plus de 100 logements doivent être construits à Tal Menashé, une colonie du nord de la Cisjordanie où vivait une Franco-Israélienne retrouvée morte en décembre. Selon le Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien, un Palestinien a ensuite reconnu avoir tué Esther Horgen.

Plus de 200 logements doivent être construits à Rehalim et Nofei Nehamia (nord) et M. Netanyahu "a demandé de soumettre à l'approbation du Conseil de planification supérieur la construction de 400 logements supplémentaires" dans d'autres colonies comme Beit El, près de Ramallah ou Shavei Shomron (nord), d'après le communiqué.

Les colonies dans les territoires palestiniens occupés sont jugées illégales par le droit international.

Plus de 450.000 Israéliens résident dans des colonies en Cisjordanie, où vivent 2,8 millions de Palestiniens.

La colonisation israélienne s'est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967, mais elle s'est accélérée sous l'impulsion de Benjamin Netanyahu et avec la bienveillance de son allié à Washington, Donald Trump.

Le président américain élu Joe Biden, dont l'investiture aura lieu le 20 janvier, s'est lui montré critique à l'encontre des colonies israéliennes par le passé et s'est engagé à intensifier les efforts en vue de la création d'un Etat palestinien.