"Nous saluons l'ouverture par les autorités israéliennes de l'ouverture du passage de Kerem Shalom pour de l'aide humanitaire indispensable après neuf jours de crise" a déclaré Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) lors du briefing régulier des Nations unies à Genève.

"Il est essentiel que le passage d'Erez soit également ouvert à l'entrée et la sortie du personnel humanitaire", a-t-il ajouté.

Les besoins en aide humanitaire sont urgents dans la bande de Gaza, sous blocus israélien depuis près de 15 ans. Les frappes aériennes ont tué plus de 200 Palestiniens depuis le 10 mai dans l'enclave palestinienne.

"L'accès humanitaire vers et depuis Gaza pour le personnel et les marchandises doit être durable et des mesures appropriées doivent être prises pour poursuivre les mouvements à l'intérieur de Gaza", a poursuivi le porte-parole.

Israël a lancé le 10 mai des raids aériens sur la bande de Gaza en réponse à des tirs de roquettes du mouvement islamiste Hamas depuis l'enclave. Ces tirs de roquettes intervenaient au quatrième jour d'affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes à Jérusalem-Est, illégalement occupé et annexé par Israël selon le droit international, sur fond de menace d'expulsion de familles palestiniennes au profit de colons juifs.

Les frappes israéliennes ont tué à Gaza 212 Palestiniens dont 61 enfant et les roquettes tirées par les Palestiniens ont tué 10 personnes en Israël dont un enfant, selon des responsables de part et d'autre.

Le conflit risque de provoquer un désastre humanitaire et l'ONU estime à quelque 47.000 le nombre de Palestiniens déplacés alors que plus de 130 bâtiments résidentiels et commerciaux dans l'enclave ont été détruits.