Lors de cette "rencontre privée", les deux dignitaires religieux "pourront évoquer une sorte de cadre pour condamner tous ceux qui attaquent la vie", a précisé le cardinal Sako, patriarche de l'Eglise catholique chaldéenne d'Irak.

En février 2019 à Abou Dhabi, le pape François a signé avec cheikh Ahmed al-Tayeb, le grand imam de l'institution de l'islam sunnite Al-Azhar basée au Caire, un "document sur la fraternité humaine" à Abou Dhabi.

Le pape François avait alors été le premier chef de l'Eglise catholique à fouler le sol de la péninsule arabique qui fut le berceau de l'islam.

Le dialogue interreligieux est au coeur de la visite du pape François en Irak prévue du 5 au 8 mars, un déplacement sans précédent pour un souverain pontife.

Les clergés chrétiens et chiites disent discuter de la question interreligieuse et certains de leurs membres préviennent qu'un accord pourrait nécessiter plusieurs rencontres avant de voir le jour.

Le cardinal Sako a toutefois dit à l'AFP "espérer qu'il y ait signature lors de cette visite".