"Nous avons été clairs et cohérents sur le fait que nous nous concentrons sur les efforts diplomatiques intensifs en cours pour mettre fin à la violence et que nous ne soutiendrons pas les actions qui, selon nous, sapent les efforts en faveur d'une désescalade", a dit une porte-parole de la mission américaine.

Cette affirmation indique implicitement que Washington est prêt à mettre son veto au projet français si ce dernier était soumis à un vote.

Les Etats-Unis, l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, avaient utilisé leur veto fin 2017 pour s'opposer à une résolution sur le statut de Jérusalem après la décision de l'ex-président Donald Trump de reconnaître cette ville comme capitale d'Israël.

Faisant monter la pression diplomatique sur les Etats-Unis, qui bloquent depuis le 10 mai l'adoption d'une déclaration du Conseil de sécurité appelant à un cessez-le-feu au Proche-Orient, la France a proposé mardi à ses partenaires "un court et simple" projet de résolution demandant une "cessation des hostilités" et "un accès humanitaire", au risque de braquer Washington.

Mercredi en fin de matinée, aucun texte n'avait encore été partagé avec les 15 membres du Conseil de sécurité, selon plusieurs d'entre eux interrogés par l'AFP. "Je ne pense pas qu'il ait été largement partagé", a indiqué un diplomate.

Aucune date pour une mise au vote du projet français n'a encore été avancée par Paris.

Selon un autre diplomate s'exprimant sous couvert d'anonymat, la France a soumis son texte aux Etats-Unis, sans que cette source puisse dire si c'était mardi ou mercredi. Aucune autre grande puissance, membre permanente du Conseil de sécurité, comme la Chine et la Russie par exemple, n'avait eu accès au projet mercredi matin, selon plusieurs sources diplomatiques contactées par l'AFP.