Ce mercredi 12 mai 2021, le député français des Alpes Maritimes, Eric Ciotti (Les Républicains) tweetait son soutien à l'État hébreu en partageant une photo censée illustrer des frappes du Hamas sur Israël. Quelques heures après sa publication, son tweet (entretemps supprimé) était partagé plus de 500 fois.

© 2021-05-12 15_14_42-Eric Ciotti (@ECiotti) _ Twitter

Sauf que l’interprétation que fait l’ancien premier adjoint au maire de Nice de cette photo est à l’inverse de la réalité.

Prise le 10 mai 2021 par le photographe de l’Agence France Presse (AFP) Mahmud Hams, cette photo est accessible via le site internet de l’agence Getty Images. La légende qui l'accompagne est la suivante : “Une photo montre des frappes aériennes israéliennes dans la bande de Gaza, contrôlées par le mouvement islamiste palestinien Hamas, le 10 mai 2021.- Israël a lancé des frappes aériennes meurtrières sur Gaza en réponse à un barrage de roquettes tirées par le mouvement islamiste Hamas au milieu de la montée de la violence déclenchée par des troubles dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem.”

La frappe visible sur cette photographie est donc celle du camp israélien sur la bande de Gaza et non pas une attaque du Hamas sur Israël.

© Capture d'écran du catalogue de Mahmud Hams sur Getty Images - 12/05/2021

Plusieurs médias internationaux ont rapidement confirmé cette version des faits : du Los Angeles Times à SwissInfo. Dans un article du quotidien canadien National Post écrit par deux journalistes de Reuters, cette photo est accompagnée de la mention suivante : “Les tirs de roquettes et les frappes aériennes israéliennes se sont poursuivis jusque tard dans la nuit, les Palestiniens signalant de fortes explosions près de la ville de Gaza et à travers la bande côtière.”

Mercredi matin, l’ancien Premier Ministre français Manuel Valls (Parti Socialiste) partageait également cette fausse information sur Twitter. Il semble s’être lui aussi rendu compte de son erreur en supprimant son tweet quelques heures plus tard.

© R. Batista

La Source

Avec "La Source", La Libre Belgique se lance dans le fact checking. Cette rubrique a pour objectif d'analyser, décortiquer, recontextualiser et vérifier des faits liés à l'actualité. Comme l'indique la notion même de "fact checking" la démarche repose exclusivement et systématiquement sur une analyse factuelle, la collecte de sources vérifiables, identifiables et objectivables, citées et référencées dans chacun de nos articles. Libre au lecteur qui le désire de refaire, à son tour, ce travail journalistique sur base des informations communiquées, et de nous signaler d'éventuelles erreurs ou imprécisions via l'adresse factchecking@lalibre.be

Lire nos autres articles de fact checking

Lire notre charte rédactionnelle