"S'ils veulent que l'Iran retourne à ses engagements (...) les Etats-Unis doivent entièrement lever les sanctions, dans la pratique et non sur le papier", a affirmé l'ayatollah Khamenei dans un discours télévisé.

"Nous vérifierons ensuite si dans les faits les sanctions ont été levées correctement", a-t-il ajouté.

En mai 2018, le président Donald Trump avait unilatéralement retiré les Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015, rétablissant dans la foulée de lourdes sanctions qui ont plongé l'Iran dans une profonde récession et l'ont privé des retombées économiques qu'il espérait de l'accord.

Le nouveau président américain, Joe Biden, veut revenir dans l'accord de Vienne censé empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique. Il a toutefois conditionné cette décision à un retour préalable de l'Iran au respect strict de ses engagements, dont il a commencé à s'affranchir en riposte aux sanctions américaines.

Pour sa part, Téhéran demande avant toute chose la levée des sanctions et le respect par Washington de toutes ses obligations.

"Il s'agit de la politique définitive de la République islamique et c'est aussi le consensus des responsables du pays" a indiqué dimanche l'ayatollah Khamenei, affirmant que "nous ne reviendrons pas sur cette politique."

Début février, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait demandé à l'Union européenne de coordonner un retour synchronisé de Washington et de Téhéran.

Les Etats-Unis ont toutefois jugé qu'il était trop tôt pour accepter la proposition iranienne pour remettre sur les rails l'accord sur le nucléaire iranien.

Selon M. Khamenei, l'Iran a "le droit de fixer les conditions de la continuation" de ce pacte, et non pas les Etats-Unis et trois membres européens de l'accord -Grande-Bretagne, France et Allemagne- qui ont "violé tous leurs engagements".