"Les organisations terroristes à Gaza ont franchi une ligne rouge le soir de la +Journée de Jérusalem+ en tirant des roquettes jusque dans la région de Jérusalem", a indiqué M. Netanyahu.

"Israël réagira avec force (...), celui qui attaque paiera le prix fort. Je vous le dis, citoyens d'Israël, le conflit actuel pourrait durer un certain temps", a-t-il ajouté.

Le mouvement Hamas, mais aussi d'autres groupes armés palestiniens présents à Gaza, multipliaient lundi soir les tirs de roquettes vers le sud d'Israël, avec des tirs qui se sont approchés de Jérusalem, selon l'armée israélienne.

Certaines roquettes ont été bloquées par le bouclier antimissiles "Dôme de fer" mais d'autres se sont abattues sur Israël, a indiqué l'armée israélienne.

"Nous tenons le Hamas pour responsable de ces attaques (...) le Hamas paiera le prix fort", a déclaré Jonathan Conricus, porte-parole de l'armée israélienne.

"Nous avons commencé à frapper des positions du Hamas (...) et je dis bien commencé", a ajouté ce responsable, confirmant que l'armée israélienne avait ciblé un haut commandant du Hamas dans le nord de la bande de Gaza.

"Neuf martyrs, dont trois enfants, et un certain nombre de blessés sont arrivés à l'hôpital de Beit Hanoun dans le nord de la bande de Gaza", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de la Santé à Gaza.

"L'occupant visait le commandant des Brigades Al-Qassam (branche armée du Hamas, NDLR) Muhammad Fayyad à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza", a indiqué une source du Hamas, confirmant le décès de ce haut responsable.

De son côté, l'armée israélienne a confirmé avoir mené des frappes aériennes sur le nord de l'enclave et y avoir ciblé un commandant du Hamas, mais elle a indiqué ne pas être en mesure à ce stade de "confirmer ou non" que ces décès étaient liés à son offensive qui était alors toujours en cours après les tirs de roquettes depuis Gaza.

Washington condamne une "escalade inacceptable"

Les Etats-Unis ont condamné lundi "le plus fermement possible les tirs de roquette du Hamas" contre Israël, dénonçant une "escalade inacceptable" et appelant toutes les parties au "calme" et à la "désescalade des tensions".

"Nous reconnaissons le droit légitime d'Israël à se défendre, à défendre son peuple et son territoire", a dit le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price, tandis que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis de répondre "avec force".

"Notre objectif à court terme, c'est la désescalade", a insisté Ned Price devant la presse.

"Plus largement, nous sommes profondément préoccupés par la situation en Israël, en Cisjordanie et dans la banda de Gaza, notamment par les confrontations violentes à Jérusalem", a-t-il ajouté, saluant les "mesures prises par le gouvernement israélien ces derniers jours pour éviter les provocations".

Il a toutefois apporté le soutien américain aux "manifestations pacifiques".

Au moins neuf personnes, dont trois enfants et un commandant du Hamas, sont mortes lundi dans des frappes israéliennes sur la bande de Gaza, menées en riposte à des roquettes tirées depuis l'enclave, après une nouvelle journée de violences à Jérusalem-Est.