Le discounter allemand Lidl a espionné ses salariés, rassemblant des données personnelles sur leur état de santé, rapporte lundi le magazine Spiegel, alors que le groupe avait déjà été touché l'an dernier par un scandale similaire.

Selon des documents retrouvés par hasard dans une poubelle, Lidl a rassemblé entre 2008 et début 2009 des données privées sur certains de ses salariés, rapporte le magazine. Des commentaires comme "opération d'une tumeur, mais bénin" ou "veut tomber enceinte, fécondation ne fonctionne pas" figuraient sur des fiches intitulées "état de santé".

En cas d'arrêt maladie, l'employeur n'est normalement pas en possession de tels renseignements, ce qui veut dire qu'ils ont été obtenus en faisant pression sur les employés, explique le Spiegel, qui cite des témoignages de salariés en ce sens.

Le responsable de Lidl pour l'Allemagne, Frank-Michael Mros, interrogé par le Spiegel, n'a pas contesté l'existence de tels documents. Il a toutefois assuré que la politique du discounter en terme de respect des données personnelles a "dramatiquement changé" ces dernières années et que des efforts on été fait dans ce domaine. Le groupe souabe, qui emploie environ 53.000 personnes en Allemagne, avait déjà été touché par un scandale d'espionnage l'an dernier. Il avait chargé des détectives privés de surveiller les salariés à l'aide de micro-caméras, et a été condamné pour cela à une amende de 1,5 million d'euros.