Des avions de la coalition dirigée par les Etats-Unis ont frappé mardi matin des positions tenues par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans le sud-ouest de la ville syrienne de Kobané, a rapporté une journaliste de l'AFP de la frontière turque.

Ces nouvelles frappes ont visé deux objectifs de l'EI, où on a vu immédiatement deux épais panaches de fumées.

Des combats se poursuivaient mardi matin dans plusieurs quartiers de Kobané (Aïn al-Arab en arabe) entre les combattants kurdes et les forces jihadistes, qui sont entrées lundi dans l'est de la ville après plusieurs jours d'intenses bombardements.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), la coalition a déjà procédé à des frappes aériennes dans la nuit pour tenter de freiner la progression des forces jihadistes.

Mardi matin, un drapeau kurde était toujours hissé sur le toit d'un bâtiment du centre-ville, a rapporté une journaliste de l'AFP.

Un responsable local de Suruc, la ville turque la plus proche de Kobané, a indiqué que quelque 700 personnes avaient franchi la frontière pour se réfugier en Turquie pendant la nuit, aussi bien des civils que des combattants des Unités de protection du peuple (YPG), la principale milice kurde syrienne.